Vous êtes ici : Accueil > Enseignements > Disciplines artistiques > Le chemin de l’école autrement : la peinture d’Histoire est-elle une fiction (...)
Publié : 15 février 2011

Le chemin de l’école autrement : la peinture d’Histoire est-elle une fiction ?

Le 17 janvier 2010, des élèves de niveau 5ème de l’EGPA et de toutes classes ont pris de le chemin de l’Ecole « autrement ». Point de fuite vers l’ignorance, au contraire, jugez plutôt.

Nous savions que de grands peintres réalisent depuis toujours ce que l’on appelle de la peinture montrant les grands évènements parfois heureux, tragiques ou encore glorieux.
Ils ont peint l’Histoire. Mais comment ? La peinture d’Histoire ne nous raconte-t-elle pas des histoires ? La peinture d’Histoire n’était-elle pas avant tout une fiction ?
Exemple : La peinture de J.L.David avec « Bonaparte franchissant le Grand-Saint-Bernard », de 1800 , exalte le héros romantique, cheveux et corps tout entier comme porté par les vents et les Valkyries de la victoire . Juché sur un splendide cheval blanc cabré et le tenant ardemment, il guide de son index pointé les troupes vues en arrière plan. Il les emporte dans sa campagne menée contre l’armée autrichienne en Italie.
Quel contraste avec le « Bonaparte franchissant les Alpes » par Paul Delaroche en 1850, montrant Bonaparte sur une mule en 1800 ! On sait que la vérité est du côté de Delaroche puisque le froid et les reliefs montagneux étaient tels qu’ils ne permettaient le passage qu’à dos de mulet.
Voilà sur ce constat, nous avons ouvert la visite au Musée des Beaux-arts pour y voir les batailles de Louis XIV en Hollande ou par de là le Rhin, vu « L’amiral de Coligny en impose à ses assassins » par J.B. SUVEE ou encore de la légende romaine : l’enlèvement des Sabines d’après Pierre de Cortone. Du vrai, du faux, de la fiction, du réel ? Non, de la réinvention du réel, l’imaginaire en action pour se figurer le réel passé.
M.Morlot- professeur d’arts plastiques