Vous êtes ici : Accueil > Enseignements > Disciplines artistiques > Visite au Musée des Beaux-arts de Dijon : Engagement plastique / …Engagement (...)
Publié : 7 avril 2011

Visite au Musée des Beaux-arts de Dijon : Engagement plastique / …Engagement politique

Visite au Musée des Beaux-arts de Dijon :
Arts du XXème siècle,
Engagement plastique / …Engagement politique

Mme Saison, professeur d’EPS et Eric Morlot (professeur d’Arts Plastiques) accompagnant la classe de 3D, le 21 mars, nous prenons le chemin du Musée, la route de la Donation Granville. Et la route du XXème siècle…
Ayant abordé le siècle qui le précéda à travers les courants de la Tradition, l’art au tournant invente : l’impressionnisme puis le pointillisme.
Nous avions en traversant les salles du 1er étage : pris le pouls du XIXème :
Œuvres néoclassique, romantique, réaliste, académique.
Puis le basculement dans le monde moderne : l’impressionnisme avec Claude Monet et Edouard Manet.
Baudelaire disait de Manet à propos de sa grande machine (toile de taille et d’importance), l’ « Olympia » : "Vous n’êtes que le premier dans la décrépitude de votre art."
S’agit-il de décrépitude ? Là où tout change, tout se transforme, la société, les techniques…l’art aussi change, se transforme, se révolutionne et révolutionne.
On change de salle et on se retrouve devant « rythme, relief », 1930 de Robert Delaunay.
Ce tableau appartient à la série des reliefs, une trentaine au total, que Robert Delaunay a commencée en 1930. Il appartient à la 1ère donation Granville.
Est-on sur la lune ?…presque…une surface quasi lunaire avec de gros reliefs de pâte croûteuse : le relief.
Un ovale avec à l’intérieur des demi-cercles alternés : disposés sur une oblique : le rythme : beige, blanc, blanc, beige…1-2 2-1 oui il manque la couleur, l’espace en profondeur dans l’image, l’image de quelque chose, il reste : l’abstraction et des formes géométriques, leurs rythmes, leur reliefs, le tableau est plat, il le reste, il est plan comme le mur, il est crépis comme lui et est relief.
Radical visuellement, ce tableau bouscule les règles, il est un espace nouveau : l’espace plan, plat sans profondeur + il est un espace abstrait.
Bien sûr Delaunay, abandonne l’art traditionnel, pour un art nouveau, il bouscule, rejette les traditions des siècles passés…Mais, à quelques mètres, nous découvrons un masque africain Kplékplé ivoirien… Et oui, les formes circulaires de sa toile font écho aux formes géométriques du masque. Encore une preuve…Placé en vis-à-vis, un lit africain de bois avec un oreiller sculpté en biseau, on dirait notre Delaunay placé à l’horizontal.
L’art nouveau a aussi des racines mais elles sont très anciennes et/ou s’enracine dans d’autres cultures.

En quittant de Delaunay, nous vous donnons rendez-vous la semaine prochaine pour entrer dans la collection Granville du musée et dans le XXème siècle …on y verra que l’art est engagement plastique, un engagement pour le monde moderne.