Vous êtes ici : Accueil > La vie au collège > CDI > M. SUILLEROT, témoin des camps de la mort
Publié : 23 mars 2012

M. SUILLEROT, témoin des camps de la mort

M. SUILLEROT, témoin des camps de la mort

Sur l’invitation de Mme DIOT, Professeur-documentaliste, M. Marcel SUILLEROT, ancien déporté politique du camp de concentration de Sachsenhausen, est venu apporter son témoignage aux élèves de 3e du collège.
La rencontre a eu lieu au CDI, le Mardi 13 Mars 2012.
M. SUILLEROT avait à peine 18 ans, lorsqu’il a été arrêté par la police française, puis torturé.
Après plusieurs passages dans les prisons françaises, il sera embarqué dans un wagon à bestiaux jusqu’au camp d’Oranienburg-Sachsenhausen, en Allemagne.
Et là l’horreur commence : un voyage éprouvant de 2 jours et 2 nuits, sans boire, à 63 personnes par wagon, avec un bidon au centre pour les besoins des prisonniers !
Pour M. SUILLEROT, âgé aujourd’hui de 89 ans, les souvenirs restent intactes : l’appel du matin, dehors, par tous les temps, pauvrement vêtus d’un pantalon et d’une veste (sans sous-vêtements), un petit déjeuner sommaire (un bouillon et une tranche de pain) avant de partir travailler.
L’humiliation est quotidienne et le dimanche, alors qu’un orchestre de prisonniers joue, les nazis procèdent aux pendaisons et aux bastonnades sur un chevalet spécial.
Le prisonnier qui recevait les coups devait compter en allemand, et s’il se trompait, il recommençait à zéro. Beaucoup mouraient sur ce chevalet.
En avril 1945, à l’approche des troupes soviétiques, les SS reçoivent l’ordre de ne pas laisser de témoins. Les déportés partent pour une marche de la mort, sur 250 km, en direction du Nord. Le calvaire se termine à la fin de la guerre, en Mai 1945.
M. SUILLEROT, aujourd’hui Président de l’Association départementale des déportés, internés, résistants et patriotes de Côte d’Or, a su captiver les élèves et répondre à leurs questions. Il a également dédicacé un livre du CDI : « Au cœur du système concentrationnaire nazi » , écrit par l’amicale française d’Oranienburg-Sachsenhausen, auquel trois cents témoins ont apporté leur contribution, dont celle de M. SUILLEROT.

Portfolio automatique :